Assistant-mécanicien de navire

Qu’est-ce qu’un assistant-mécanicien de navire

L'assistant-mécanicien de navire aide les officiers mécaniciens à assurer le fonctionnement, l'entretien et la réparation des composantes du système de propulsion, de même que des machines et appareils auxiliaires à bord des navires. Il vérifie les indicateurs de l'équipement et les paramètres de fonctionnement des différents appareils à l'aide d'instruments technologiques. Il travaille sur tous les types de navires de la Garde côtière canadienne, des brise-glace aux navires sondeurs en passant par les baliseurs.

Assistant-mécanicien de navire

Quel cheminement scolaire ou professionnel dois-je suivre?

  • Un diplôme d'études secondaires ou l’équivalent est exigé;
  • Une formation acceptable dans un domaine connexe tel que la mécanique, peut être un atout;
  • Cours de formation aux mesures d'urgence en mer;
  • Examen de Transports Canada menant à l'obtention du certificat d'assistant-mécanicien de navire ou d’adjoint de la salle des machines.
  • En accumulant du temps de mer et en suivant des cours de perfectionnement, l'assistant-mécanicien de navire peut obtenir un brevet d'officier mécanicien.

Où puis-je étudier?

  • L’Institut maritime du Québec offre la formation aux mesures d'urgence en mer à Lévis (région de Québec).

Quelles sont mes possibilités de carrière?

  • Officier mécanicien;
  • Mécanicien industriel;
  • Divers postes dans la Fonction publique fédérale.

Quels qualités et intérêts sont essentiels?

  • Apprécier le travail manuel;
  • Avoir de l’intérêt pour le fonctionnement des systèmes et pour les technologies;
  • Aimer le travail d'équipe;
  • Être attiré par le travail en mer;
  • Avoir le sens de la débrouillardise;
  • Être capable de travailler selon des horaires irréguliers;
  • Et évidemment, avoir le goût de l'aventure et des voyages!

Revenu annuel initial moyen: 45 000 $

La majeure partie des équipages de la Garde côtière c anadienne travaillent suivant un horaire dit de jours de relâche, soit une période de 14 à 42 jours en mer suivie d’une période de repos équivalente, sans perte de rémunération.

Pour en savoir plus